International: Notre mission est humaine, pédagogique et spirituell



Peter Balleis SJ
Directeur International du JRS
mercredi, novembre 14, 2012

Lettre à l'occasion du trente-deuxième anniversaire de la fondation du Service Jésuite des Réfugiés

Rome, le 14 novembre 2012 – Le centre Deir Vartan d'Aelep, au nord de la Syrie, a été complètement détruit. En son temps, ce fut un centre florissant où les réfugiés iraquiens se rassemblaient avec des Syriens pendant la semaine pour participer à des activités éducatives et récréatives. Le centre Deir Vartan représentait l'espoir pour un grand nombre de réfugiés. La guerre en Syrie a détruit l'espoir et engendré le désespoir. Lorsque tout s'écroule, notre mission est autant matérielle que spirituelle.

Le fondateur du JRS, le père Pedro Arrupe SJ, était très clair à ce sujet. Dans la lettre de fondation datée du 14 novembre de 1980, le père Arrupe a décrit la mission comme étant «non seulement matérielle», mais «aussi humaine, pédagogique et spirituelle».

Trente-deux ans plus tard, la réponse des Jésuites et du JRS en Syrie est tout à fait dans la ligne. Les équipes du JRS sont passées à l'assistance alimentaire. Une équipe de cuisiniers et de bénévoles prépare chaque jour à Alep 10.000 repas. Pendant ce temps, des enfants traumatisés par la guerre sont scolarisés dans des écoles de fortune à Alep, à Homs et à Damas.

L'éducation est un moyen efficace de lutte contre les traumatismes, une sorte de soutien psychologique qui nourrit l'étincelle de l'espoir là où tout avenir semble bouché. Les services pédagogiques et spirituels combattent le désespoir et construisent l'espoir.

Allumer la flamme de l'espoir par l'éducation est un des principaux objectifs du JRS. Nos programmes d'éducation formelle et informelle touchent plus de 250.000 enfants et jeunes. Au cours des années qui viennent de s'écouler, le JRS s'est de plus en plus investi dans l'éducation supérieure.

Au niveau de l'éducation supérieure, Les réfugiés sont complètement marginalisés; moins d'un pour cent y ont accès. Grâce à un partenariat entre le JRS et JCHEM (Jesuit Commons:- Higher Education at the Margins), 225 étudiants du Malawi, du Kenya et de Jordanie suivent des cours en ligne. A ce jour, 360 étudiants ont terminé un cycle court baptisé Community Learning Service Tracks.

Le JCHEM facilite les cours et les tutorats et propose une reconnaissance universitaire par le biais de l'Université Regis de Denver. Nous avons l'intention d'étendre ce programme d'apprentissage en ligne à d'autres sites. Une récente rencontre des directeurs régionaux du JRS, du personnel de terrain du JCHEM, du Jesuit Commons et du HCR, a confirmé que les centres du JCHEM et les étudiants apportent de vrais changements dans les camps et pour les réfugiés vivant dans les zones urbaines.

L'éducation est au cœur de la mission humaine, spirituelle et pédagogique, parce qu'elle crée un espoir durable pour l'avenir, sans lequel personne ne peut vivre. Les pierres peuvent être détruites mais pas l'esprit.

Peter Balleis SJ

Directeur International
Service Jésuite des Réfugiés