Accompagnement
La pierre angulaire de la mission du JRS consiste à offrir des services holistiques et humains aux personnes déplacées de force. Des subsides, quels qu’ils soient, ne remplaceront jamais la chaleur de l’assistance donnée par un être humain à un autre. Le JRS reconnaît la dignité humaine chez les réfugiés à travers son accompagnement.

C’est cette approche directe et personnelle d’interaction individuelle et de coopération avec les réfugiés qui donne la détermination voulue aux réfugiés aussi bien qu’au personnel JRS. C’est en  accompagnant les réfugiés, en étant touchés par la réalité de leur vie dans les camps, les zones de conflit, les centres de détention ou autres lieux encore, que le personnel JRS comprend comment les servir et les défendre au mieux.
« Notre contact proche et direct avec des personnes, notre présence à leurs côtés (…) nous fait comprendre leurs besoins réels. », a dit le père Bernard Arputhasamy SJ, ancien Directeur du JRS de l’Asie Pacifique..



Accompagner veut dire être un compagnon. Nous sommes compagnons de Jésus, et donc nous souhaitons être les compagnons de ceux avec qui Jésus préférait être associé, les pauvres et les exclus. C’est une action pratique et efficace. Il n’est pas rare que ce soit une manière de fournir de la protection. C’est une manière d’ « internationaliser » une situation. La présence d’une équipe internationale peut quelquefois prévenir une attaque contre les réfugiés. En outre, cette présence peut être vue comme un signe. Qu’une personne libre décide volontairement et sincèrement  d’accompagner ceux qui ne sont pas libres, ceux qui n’avaient nullement choisi d’être là, est en soi un signe, une manière de mettre à jour de l’espoir.

Notre accompagnement affirme que Dieu est présent dans l’histoire humaine, même dans ses épisodes les plus tragiques. Nous faisons l’expérience de cette présence. Dieu ne nous abandonne pas. Dans notre pastorale, nous nous concentrons sur cette vision, sans nous laisser manœuvrer par des pressions politiques et des divisions ethniques, qu’elles soient parmi les réfugiés ou dans les organisations et gouvernements qui décident de leur destin.