Advocacy au Service Jésuite des Réfugiés
Pour le JRS, advocacy, ou plaidoyer pour les réfugiés, signifie donner aux déplacés les moyens de connaître et de faire valoir leurs droits. Il s'agit donc de promouvoir les droits des réfugiés et des déplacés, de faire du lobby auprès des gouvernements et des institutions afin qu'ils s'attaquent aux causes fondamentales des déplacements forcés, et de chercher des solutions durables. Plaidoyer en faveur des réfugiés consiste également en des activités destinées à améliorer la perception publique des réfugiés et des personnes déplacées, ainsi que leur intégration.

Le JRS plaidoyer tire sa base de la Convention des Nations Unies de 1951 relative au statut des réfugiés, qui est généralement reconnue comme la pierre angulaire de la protection des réfugiés. Cependant, le JRS utilise pour ses activités de plaidoyer et de service une définition plus large de «réfugié» que celle de la Convention. Il s'agit de la définition de «réfugié de facto» établie par l'Eglise dans un document de 1992 intitulé Réfugiés: un défi à la solidarité. Les réfugiés de facto intègrent les victimes de conflits armés, de politiques économiques erronées ou de catastrophes naturelles, ainsi que les déplacés internes.

L'activité de plaidoyer du JRS se fait sur base des synergies entre les déplacés forcés, les équipes du JRS et autres personnes qui servent les réfugiés, les milieux académiques, les défenseurs des droits de l'homme, le public qui soutient notre travail et, dans certains cas, les gouvernements et les agences de l'ONU. Nous partageons l'espoir que tous ceux qui ont été contraints à fuir auront un jour à nouveau l'opportunité de vivre dans la liberté et la dignité.

  • Les principes
  • La méthodologie
Les principes de l'advocacy du JRS

Plaidoyer pour les réfugiés est une des principales missions du JRS et de nos activités quotidiennes autour du monde. S'attaquer aux causes fondamentales des déplacements humains et essayer de changer les politiques injustes, sont deux activités essentielles de la mission du JRS.

Ce plaidoyer se caractérise par les principes-clés suivants:
  • Il s'enracine dans les rapports avec les réfugiés;
  • Il découle de l'accompagnement et du service, et est relié aux projets du JRS;
  • Il se base sur les valeurs jésuites et s'inspire de la spiritualité ignacienne;
  • Il se fonde sur une solide recherche.
A tous les niveaux, le travail de plaidoyer du JRS dépend de manière directe des connaissances et de la compréhension qui découlent de notre relation étroite avec les propres réfugiés. La capacité de mobiliser tout son réseau afin de faire entendre la voix des réfugiés auprès de ceux qui ont le pouvoir de changer leur situation de manière positive confère au JRS son intégrité, et constitue la clé de son efficacité. Il me semble que la foi chrétienne a un sens très fort de la justice pour les pauvres.

"Si nous aidons des gens qui ont été blessés par des mines, la justice exige de nous que nous luttions également pour faire cesser la cause de leur souffrance et pour que ceux qui la provoquent en soient tenus responsables. La compassion nous mène à servir les pauvres, les malades et les ignorants.

Pour certains, les enfants sont ignorants, mais je crois que les ignorants sont plutôt ceux qui fabriquent des armes et ignorent, ou choisissent d'ignorer, les conséquences de ce qui pour eux est une source de richesse. Les organisations religieuses peuvent contribuer à aligner les intérêts des gens avec les intérêts politiques des dirigeants."
Denise Coghlan RSM, Directrice du JRS Cambodge
La méthodologie del JRS

Le JRS défend les droits des réfugiés de la manière suivante:
  • En cherchant l'opportunité de plaidoyer en faveur de ceux dont les besoins ont été oubliés par d'autres;
  • En s'attaquant à la fois aux besoins immédiats et aux objectifs politiques à long terme de groupes concrets de réfugiés et autres déplacés forcés;
  • En étant proche des personnes concernées, soutenant leurs espoirs et aspirations;
  • En donnant aux gens l'opportunité de raconter leur histoire.
  • En créant des espaces de dialogue entre les centres de pouvoir et ceux qui souhaitent provoquer un changement positif;
  • En adaptant notre approche aux besoins locaux, afin de refléter les conditions, ressources et opportunités locales;
  • En donnant priorité aux activités où le JRS peut compléter et apporter de la valeur au travail des autres.

Le JRS plaide pour les réfugiés à plusieurs niveaux. Sur le terrain, les équipes du JRS prennent la défense de réfugiés particuliers dont les droits ou la dignité sont en danger, ou qui ont des besoins de première nécessité à subvenir. Ce type de rapport personnel se produit souvent lors du travail quotidien de nos responsables de projets, quand ils observent les besoins de réfugiés et y répondent. Par exemple, le JRS Ukraine a appris que les demandeurs d'asile et les réfugiés n'avaient pas d'accès aux soins de santé de base. La réaction du JRS a été d'informer les autorités ukrainiennes et les administrateurs des hôpitaux sur les lois existantes concernant l'accès aux soins sanitaires, et de faire pression pour leur mise en application.

L'accompagnement devient du plaidoyer quand un membre de l'équipe du JRS fait une demande au nom d'un réfugié à un organisme externe qui peut l'aider. Voici quelques exemples; dans un camp, aider un réfugié à s'inscrire dans un programme duquel il/elle a été exclu(e) par erreur ; faciliter à un réfugié ayant un handicap l'accès à des soins spécialisés ; faire en sorte qu'un réfugié en difficulté soit représenté par un avocat. L'observation d'une grande variété de besoins peut mener à plaidoyer en faveur de certaines catégories de réfugiés sur le terrain, par exemple, quand le JRS aborde les administrateurs des camps, les politiciens locaux ou le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés (HCR) pour solliciter la modification d'un politique afin que les plus démunis soient mieux protégés.

Cette intervention en faveur des droits de certains individus constitue non seulement une partie spontanée du travail courant du personnel du JRS, mais aussi un aspect structuré de nombreux de ses projets, en particulier en milieu urbain, où les avocats traitent, entre autres, les dossiers de demande d'asile. Le plaidoyer de JRS s'active également au niveau national, par exemple; quand il s'avère nécessaire de changer une loi nationale ou une politique qui touche aux réfugiés ou aux déplacés ; quand les ressources nationales pourraient être dirigées vers une meilleure couverture des besoins des réfugiés ; ou afin de promouvoir l'intégration et lutter contre la xénophobie.

Etant donné que les réfugiés et les problèmes politiques, sociaux et économiques liés à eux transcendent les frontières nationales, le JRS s'organise sur une base régionale. Notre activité de plaidoyer pour les réfugiés a une dimension régionale considérable, avec des équipes chargées de surveiller la situation des réfugiés et des déplacés dans une région, de rassembler de l'information sur l'évolution de la situation, et de contribuer à la définition d'une position opérative sur les problèmes prioritaires. L'équipe de plaidoyer collabore également avec l'équipe de communication et informe les bureaux nationaux sur les développements qui pourraient offrir des opportunités de plaidoyer.

Enfin, le JRS effectue un plaidoyer au niveau international. Nos bureaux de Rome, Genève, Bruxelles, Nairobi et Washington présentent les préoccupations du réseau JRS aux gouvernements et institutions qui peuvent améliorer les conditions des réfugiés, et exercent une pression sur d'autres acteurs pour qu'ils fassent de même. Ces bureaux travaillent en étroite collaboration avec les responsables régionaux du JRS sur des sujets d'intérêt général comme l'éducation, les détentions et les réfugiés urbains.