Masisi, le 14 septembre 2012 – Dans le monde, le sport est l'une des activités les plus efficaces pour surmonter les différences, construire une communauté ou éduquer des jeunes gens à la paix. Dans la partie orientale de la RDC, le tournoi de foot inter-écoles du JRS, «Pamoja Tutashinda», ce qui, en Kiswahili, signifie «ensemble, nous vaincrons» a permis aux élèves, aux arbitres et aux spectateurs d'oublier les différences entre les populations locales et les populations déplacées, les différences ethniques. La compétition de foot a véhiculé un message clair : une communauté unie est une communauté plus forte. 

Le tournoi. Pendant quatre mois, de mars à juillet, 54 équipes issues d'autant d'écoles secondaires ont affronté des terrains boueux d'un bout à l'autre du district de Masisi donnant lieu à des jeux intenses. En dépit des objections inévitables de la part de l'une ou l'autre équipe, les mots d'ordre de la compétition étaient fair play et honnêteté.

Dans les semaines qui ont précédé le tournoi, le JRS a proposé une formation aux entraineurs, aux arbitres et aux juges de touche. Une formation en matière de tactiques et de règles relatives au hors jeu, mais aussi en matière de discipline et de promotion du fair play entre les joueurs.

Le JRS a fournit les maillots, les drapeaux et les sifflets à plus de 50 arbitres et juges de touche chargé d'arbitrer plus de 105 match, au cours desquels 310 buts ont été marqués, 26 cartons rouges et 176 cartons jaunes ont été distribués. 

 

Les élèves de l'Institut Birega ont gagné le championnat, battant leurs homologues de l'école Maanga sur le score de deux à un. Les gagnants arboraient les maillots orange de l'équipe nationale de la Côte d'Ivoire, tandis que leurs opposants portaient le maillot noir et blanc de la célèbre équipe congolaise, Tout Puissant Mazembe (cliquer ici pour voir la vidéo de la finale).

L'arbitre.  Sifa Papay, une jeune fille de seize ans, a arbitré le match avec une parfaite impartialité applaudie par les joueurs, les entraîneurs et le public présent.

«Je suis satisfaite de mon arbitrage, et très heureuse d'avoir essayé quelque chose de différent. Ce qui m'a le plus impressionnée ? Me sentir respectée et appréciée par les hommes en tant que femme», a déclaré Sifa après le match.

Renverser les barrières. Après le match, les autorités locales, dont Gabriel Bahati, le représentant du Ministère national de l'Education (Ecole primaire, secondaire, professionnelle EPSP), ont été invitées à la cérémonie de remise des prix. 

«Ces tournoi a donné aux élèves appartenant à des groupes ethniques différents dans des communautés locales ou déplacées de se rassembler et de se sentir comme des frères au sein d'une seule communauté. Ce type de rencontre montre que le sport peut faire tomber les barrières qui divisent nos peuples. Ces activités ont également aidé les déplacés à oublier un instant la guerre et les souffrances», a déclaré M.Bahati. 

Maintenant je peux entrer en relation avec vous.  Fou de joie après la victoire de son équipe, Innocent, le capitaine de Birega, a été proclamé meilleur joueur de la compétition. Après le match, il n'avait pas de mots assez forts pour décrire l'influence du tournoi sur la construction de la communauté.
 
«Jusqu'à hier, un garçon appartenant à une autre école ou à un autre groupe ethnique était pour moi un inconnu, un étranger. Désormais je sais que nous pouvons vivre et jouer ensemble, que nous avons beaucoup de choses à partager et que nous sommes tous membres de la même famille».

Théodore Mbuleki, un prêtre séculier, a lui aussi tenu à souligner l'importance de telles activités qui rassemblent les populations congolaises tout en promouvant l'intégration et le respect des personnes déplacées. 

«Ce lieu est rempli de gens qui ont été déplacés par la guerre. Il est essentiel qu'ils en se sentent pas abandonnés et qu'ils soient sûrs que quelqu'un prendra soin d'eux. Voir tant de gens appartenant à des groupes ethniques différents participer à ce tournoi, voir le fair play et l'amitié entre les élèves vivant dans les camps m'a rempli d'enthousiasme et me fait dire que nous devons absolument répéter cette expérience autant de fois que cela sera possible», a déclaré le prêtre séculier.

L'éducation formelle à Masisi. Le tournoi Pamoja Tutashinda a été organisé dans le cadre du projet d'éducation formelle du JRS à Masisi et en coopération avec le directorat provincial de l'EPSP. Ce projet qui a démarré en 2010 comprend la construction et la restauration d'écoles secondaires, la formation des enseignants et des gestionnaires, et la distribution de fournitures scolaires. Le projet veut garantir l'accès à l'éducation, en particulier pour les filles, et l'intégration des élèves déplacés dans la population scolaire locale.

Danilo Giannese, Responsable de la Communication et de l'Advocacy au sein du JRS Grands Lacs

Countries Related to this Region
Democratic Republic of Congo, Katanga Province, DRC