Afghanistan: chercher la paix, mettre l'accent sur l'éducation
  Afghanistan: incertain mais plein d'espoir
  Angola: Affronter l’avenir avec confiance
  Asie Pacifique: lire entre les lignes pour déchiffrer les besoins des réfugiés en matière d'alphabétisation
  Birmanie: l'éducation est le chemin à suivre
  Burundi: L'éducation informelle au service du développement communautaire
  Cambodge: Éducation pas possible dans les centres fermés
  République Démocratique du Congo: L'école est le meilleur rempart contre le recrutement des mineurs
  République Démocratique du Congo: cibler l'éducation secondaire pour les enfants déplacés
  Afrique de l'Est: La technologie aide les réfugiés isolés dans leurs études
  Education au Sud Soudan
  International : Apporter l'éducation supérieure aux réfugiés
  Jordanie: L'accompagnement, une priorité pour les réfugiés
  Jordanie: changer avec son temps, le JRS s'adapte aux besoins des communautés
  Jordanie: repenser le modèle universitaire traditionnel
  Jordanie: un réfugié sommeille en chacun de nous
  Jordanie: le véritable service passe par l'accompagnement
  Kenya : Les enfants réfugiés et l'éducation
  Malawi: imaginez- vous dans la peau d'un réfugié
  Asie du Sud: Les élèves touchés par la guerre bénéficient de l'éducation en ligne
  Soudan du Sud: de bons enseignants pour une bonne communauté
  Soudan : L'éducation par la paix
  Syrie: A Damas, la violence nourrit le désespoir et la peur
  Thaïlande : Eduquer pour des générations
  Thaïlande : L’éducation comme environnement protecteur
  Turquie: intégrer les enfants réfugiés dans les écoles publiques
Goma, 28 septembre 2012 – C'était un jour comme un autre dans un des centres d'alphabétisation pour femmes déplacées, géré par le Service Jésuite des Réfugiés (JRS) au Nord du Kivu, dans le Congo de l'Est. Mais ici les étudiantes n'apprenaient pas simplement à lire et écrire, elles exploraient des questions délicates de violence sexuelle et autres violences, comme élément d'un processus de cicatrisation.

Le cours aide à structurer les vies de ces femmes déplacées. Il n'offre pas seulement un endroit où elles peuvent améliorer leurs compétences de survie, c'est aussi un espace privé et sûr où elles peuvent partager leurs expériences de violence dans cette région ravagée par la guerre.

Quand le responsable de la formation du JRS a touché le sujet de la violence sexuelle, les femmes ont toutes, l'une après l'autre, levé la main et parlé de leurs expériences. Elles se sont ouvertes et ont parlé de ces expériences, elles ont expliqué qu'elles se sentent vulnérables, leur désir d'être protégées par les autorités et leur droit à la justice pour les délits commis contre elles.

C'était la première fois que les femmes parlaient entre elles sur leurs expériences traumatisantes et la violence sexuelle dans les mains de groupes d'hommes armés mais aussi de civils. La question est taboue, et quand elle devient publique elle conduit régulièrement à la stigmatisation, par leurs communautés, de ces femmes victimes de violence sexuelle.

Témoignage. Le JRS a parlé avec deux femmes qui ont courageusement décidé de parler ouvertement et courent le risque de la stigmatisation sociale.


La première, Diana* a été embusquée par des soldats congolais tandis qu'elle cherchait du bois. Elle a désespérément essayé de se défendre, mais les hommes ont finalement réussi à la maîtriser. Ils l'ont jetée sur un arbre, frappée à plusieurs reprises sur le dos et la tête, puis ont arraché ses vêtements et l'ont violée.

Bien qu'elle ait courageusement rapporté l'attaque à la police, les soldats - a dit Diane - ont simplement été transférés dans un autre district. Diane a dit que depuis ce jour-là elle se sent très mal et ne réussit plus à se concentrer.

La deuxième femme, Divine*, est une veuve obligée de fuir son village d'origine pour trouver de la sécurité dans un camp pour personnes déplacées pendant la guerre. Ici, un homme a forcé la porte de sa maison au milieu de la nuit, et l'a violée.

Suite à cela, elle s'est retrouvée enceinte et a donné naissance à des jumeaux dans le camp. La famille de Divine l'a désavouée, a refusé de l'aider, elle et les enfants, et l'a accusée d'être responsable du viol. Depuis lors, la jeune femme a peur de cultiver sa terre. Divine demande que l'auteur du délit soit porté en justice et qu'elle ait la garantie de quelque forme de réparation financière.

La violence sexuelle et basée sur le genre est un fléau des communautés de la République Démocratique du Congo. Selon l'étude publiée en 2011 dans le Journal américain de santé publique [American Journal of Public Health] chaque heure, au Congo, 48 femmes sont violées ou subissent de la violence basée sur le genre. Les conséquences de ces délits sur la santé physique et mentale des victimes sont dévastatrices. A cause des insuffisances du système judiciaire congolais et du très répandu climat d'impunité pour les auteurs de violence sexuelle (qui sont souvent des membres de groupes armés ou des militaires), les victimes n'obtiennent justice que rarement.

Protection. Au Nord- Kivu, la dignité des femmes et leur droit à l'intégrité physique, mentale et morale, sont constamment violés. Les femmes ont de toute urgence besoin d'être protégées contre le viol et toutes les autres formes de violences: la responsabilité en est avant tout des autorités congolaises. En ligne avec leurs mandats respectifs, la force de maintien de la paix des Nations Unies, MONUSCO, et l'organisation des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) doivent aussi jouer un rôle fondamental dans la protection des droits des personnes déplacées.

*Ces noms ont été changés pour protéger l'identité des femmes

      Danilo Giannese, responsable de l'advocacy et des communications, JRS Grands Lacs Afrique 

Pour des informations sur les actions d'advocacy relatives au viol et à la violence liée au genre dans la République Démocratique du Congo, visitez notre site web Campagne pour arrêter les viols et la violence liée au genre au cours des conflits
Countries Related to this Region
Democratic Republic of Congo, Katanga Province, DRC