Syrie: la vie quotidienne, un combat pour survivre
  Les promesses des donateurs doivent donner la priorité à la détresse humanitaire urgente des Syriens déplacés
  Jordanie: un périlleux et difficile voyage vers la sécurité
  Jordanie: Pris entre les souvenirs du passé et la réalité d'aujourd'hui
  Jordanie: le rêve d'une Syrie ouverte
  Jordanie: Manger la poussière ici ou mourir en Syrie
  Jordanie: l'éducation en ligne permet de tirer partie des compétences des réfugiés
  Jordanie: des réfugiés aident des réfugiés
  Le Directeur du JRS Moyen Orient en visite aux Etats-Unis
  Liban: une tasse de thé dans la neige
  Liban: préserver un esprit spécial
  Liban: la barrière de la langue empêche les enfants syriens d'aller à l'école
  Liban: des familles syriennes fuient pour protéger leurs enfants
  Prière pour la Syrie: heureux les artisans de paix
  Syrie: Elargissement de l'éventail des services au milieu de la tourmente
  Syrie: les pénuries de pain et de combustible à Alep s'ajoutent aux soucis quotidiens
  Syrie: rapprocher les familles
  Syrie: La solution se trouve dans le dialogue, non dans la guerre
  Syrie: Les déplacés syriens luttent pour trouver un abri
  Syrie: encourager les personnes déplacées à s'impliquer dans l'aide d'urgence
  Syrie: s'accrocher à la réalité à Alep
  Syrie: la situation humanitaire se détériore rapidement dans la région
  Syrie: dans le conflit, la persécution atteint tout le monde, chrétiens et musulmans
  Syrie: les réfugiés iraquiens aux marges d'un autre conflit
  Syrie: Le JRS renforce le soutien d'urgence dans Alep
  Syrie: Des réseaux locaux de solidarité et le JRS aident des familles déplacées
  Syrie: un réfugié a trouvé le but de sa vie dans le Centre Mukhales
  Syrie: des milliers de déplacés après une recrudescence de la violence à Sheikh Maqsoud
  Syrie: deux années de conflit menacent l'éducation et le bien-être des enfants
  Syrie: mise à jour sur l'aide d'urgence du JRS
  Syrie: il y a urgence pour l'approvisionnement d'hiver
  Syrie: A Damas, la violence nourrit le désespoir et la peur
  Syrie: les volontaires sont essentiels au travail du JRS
  Syrie: l'oeuvre d'une communauté jésuite est reconnue par une fondation allemande pour les droits humains
  Etats-Unis: le Service Jésuite des Réfugiés soutient la Syrie
  Les Voix de l'Europe s'unissent pour aider les réfugiés syriens


De nombreux enfants n'ont pas pu aller à l'école pendant presque une année à cause du conflit. Le JRS leur propose des activités éducatrices pour les aider à retrouver le sens de la normalité. Alep, Syrie (Avo Kaprealian & SediAl Imam/JRS)
Amman, le 11 octobre 2012 – Des balles perdues jonchent le sol de la cuisine du JRS qui vient juste d'être réinstallée au nord de la cité syrienne d'Alep, mais en dépit de l'insécurité croissante les équipes du JRS ont pu étendre cette petite mais concrète assistance aux personnes prises dans la crise.

«Notre cuisine de terrain fonctionne. Notre premier jour a été assez calme», s'enthousiasme Sami, un bénévole du JRS de nationalité syrienne, dans une rare conversation en ligne dans laquelle il parlait de la cuisine qui a été réinstallée après avoir brièvement fermé à la fin du mois de septembre.

Peut-être est-ce un signe qu'une bénédiction peut sortir d'un malheur, mais la réinstallation a permis de quitter l'espace où nous servions 5.000 repas chauds par jour pour un espace plus grand où nous pouvons en servir 10.000, ce qui permet de diminuer le niveau de stress des heures de distribution. De plus, nous avons eu la chance que le Croissant Rouge syrien et le Programme Alimentaire Mondial soient en mesure de soutenir cette cuisine ce qui nous permis d'en augmenter la capacité.

Hébergement. Au cours de l'été, les autorités ont autorisé l'utilisation des écoles comme sites d'hébergement temporaire, ce qui avait provoqué un afflux de personnes déplacées des parcs publics où ils s'étaient abrités vers 30 écoles d'Alep.

«Nous avons noté une forte augmentation en matière de déplacement interne. Au cours des dix derniers jours les parcs se sont à nouveau remplis» a déclaré Sami, pour tenter d'expliquer la situation sur le terrain.

La semaine dernière, un des six hébergements (d'anciennes écoles) géré par le JRS a été évacué par les forces de sécurité, déplaçant des gens qui avaient déjà dû quitter de force leurs maisons.

«Une partie de la principale rocade d'Alep est remplie de personnes errant sans but», a poursuivi Sami.

Au fur et à mesure où la guerre s'étend dans la ville, les personnes déplacées se rassemblent dans les quelques lieux qui ne sont pas soumis à des bombardements constants. A cause des coupures d'électricité et d'eau potable, il est rarement possible d'assister les personnes en grand besoin et cela ne sera pas possible dans le long terme.

«La violence des combats fait qu'il y a peu d'endroits sûrs à Alep et que de nombreuses personnes sont isolées. Avec l'hiver qui approche, et à Alep, les hivers sont particulièrement rudes, et les maisons détruites, où les familles pourront-elles trouver un abri?» demande le Directeur du JRS Moyen Orient et Afrique du Nord, Nawras Sammour, SJ.



Les destructions n'ont épargné personne. Même le JRS n'a pas été épargné par la vague de destruction. En septembre, le Centre Deir Vartan a été le théâtre d'affrontements entre les forces gouvernementales et les rebelles. Heureusement, quelques semaines plus tôt, le JRS avec délocalisé ses services pour raison de sécurité. Ce qui explique pourquoi aucun membre du personnel n'a été blessé pendant les attaques; ceci dit la question de savoir quand ils pourront réintégrer le Centre demeure sans réponse.

Le Centre Deir Vartan était autrefois un lieu où les réfugiés iraquiens et les déplacés syriens s'instruisaient et apprenaient à vivre ensemble pour construire leurs vies et leurs communautés. Aujourd'hui, ce n'est plus qu'un tas de ruines. Mais, même si les bâtiments ont beaucoup souffert, l'esprit de résistance du Deir demeure intact au cœur des personnes.

Quoiqu'il se passe à l'avenir, la seule certitude est que des bénévoles, comme Sami, continueront à travailler avec le JRS de la manière la plus flexible et la plus efficace. Nos liens avec les réseaux jésuites locaux et les réseaux de soutien informels chrétiens et musulmans nous aident, sur le terrain, à atteindre les familles dans le besoin. Malheureusement, cette assistance, bien qu'essentielle, n'est qu'une goutte d'eau face à l'immensité de l'océan.

Les besoins augmentent au prorata des destructions. Sans un signal clair en faveur d'un règlement pacifique, les perspectives de sécurité sont bien minces et la perspective d'un hiver rigoureux inquiète les personnes déplacées. En dehors de la capacité du JRS à aider ces personnes à trouver nourriture et hébergement, aucune solution ne pourra naître tant que le gouvernement ne mettra pas un terme à la violence et n'engagera pas des pourparlers en vue de l'instauration d'une paix durable.

Zerene Haddad, Responsable de la Communication au sein du JRS Moyen Orient et Afrique du Nord

Countries Related to this Region
Syria