Afghanistan: chercher la paix, mettre l'accent sur l'éducation
  Afghanistan: incertain mais plein d'espoir
  Angola: Affronter l’avenir avec confiance
  Asie Pacifique: lire entre les lignes pour déchiffrer les besoins des réfugiés en matière d'alphabétisation
  Birmanie: l'éducation est le chemin à suivre
  Burundi: L'éducation informelle au service du développement communautaire
  Cambodge: Éducation pas possible dans les centres fermés
  République Démocratique du Congo: L'école est le meilleur rempart contre le recrutement des mineurs
  République Démocratique du Congo: cibler l'éducation secondaire pour les enfants déplacés
  République Démocratique du Congo: les victimes de la violence sexuelle trouvent le courage de raconter leurs expériences
  Afrique de l'Est: La technologie aide les réfugiés isolés dans leurs études
  Education au Sud Soudan
  International : Apporter l'éducation supérieure aux réfugiés
  Jordanie: L'accompagnement, une priorité pour les réfugiés
  Jordanie: changer avec son temps, le JRS s'adapte aux besoins des communautés
  Jordanie: repenser le modèle universitaire traditionnel
  Jordanie: un réfugié sommeille en chacun de nous
  Jordanie: le véritable service passe par l'accompagnement
  Kenya : Les enfants réfugiés et l'éducation
  Malawi: imaginez- vous dans la peau d'un réfugié
  Soudan du Sud: de bons enseignants pour une bonne communauté
  Soudan : L'éducation par la paix
  Syrie: A Damas, la violence nourrit le désespoir et la peur
  Thaïlande : Eduquer pour des générations
  Thaïlande : L’éducation comme environnement protecteur
  Turquie: intégrer les enfants réfugiés dans les écoles publiques


En Afghanistan, les élèves reçoivent une formation en informatique à l'Ecole Technique Hérat qui est administrée par le JRS (Peter Balleis/JRS)
New Delhi, le 15 octobre 2012 – Lorsqu'on arrive dans une école d'un camp de rapatriés, dans un bidonville urbain ou dans une communauté sous-développée, de jeunes enfants, comme Azar *, sont toujours prêts à vous dire ce qu'ils veulent faire lorsqu'ils seront grands. Azar veut être docteur pour aider son pays, l'Afghanistan. Pas si irréalisable que ça ! Avec l'extension de l'éducation en ligne à des communautés marginalisées de l'Asie du Sud, des garçons comme Azar pourront peut-être réaliser leurs rêves.

En collaboration avec Jesuit Commons: Higher Education at the margin, (JC: HEM), le Service Jésuite des Réfugiés propose déjà l'éducation universitaire à des réfugiés vivant au Kenya, en Jordanie et au Malawi. Et il s'apprête à étendre ce service aux étudiants de l'Asie du Sud. Au cours des mois à venir, le Service Jésuite des Réfugiés de l'Asie du Sud commencera à proposer des cours en ligne aux personnes déplacées au nord et à l'est du Sri Lanka et aux communautés rapatriées dans les zones rurales de l'Afghanistan.

Les deux organisations jésuites proposeront aux communautés marginalisées l'accès à des cours accréditées par des universités jésuites en Inde, afin de leur offrir une éducation contextuelle et de qualité. De plus, la nouvelle initiative jésuite utilisera les communications en ligne via son réseau global pour faciliter la coopération entre les structures jésuites engagées en faveur d'un monde plus juste.

Le Jesuit Commons utilise «la composante importante de l'éducation jésuite dans sa nature transformationnelle. Notre éducation jésuite en ligne consiste à transformer la pensée et transformer le monde. Tel est l'objectif du programme», a déclaré Mary McFarland, la directrice internationale du JC:HEM, à l'occasion d'une récente interview.

Le JRS de l'Asie du Sud a toujours mis l'accent sur une éducation de qualité, a déclaré Stan Fernandes SJ, le directeur du JRS Asie du Sud.

«Nous avons toujours rêvé d'étendre et d'enrichir nos initiatives au niveau de l'éducation universitaire par le biais de l'éducation en ligne», a-t-il expliqué. «En relisant l'expérience du JC:HEM lors de la Conférence de Denver, nous avons senti que nous pourrions l'introduire en Asie du Sud».

Jusqu'à ce jour, ces deux communautés vivant en marge de la société n'ont pas eu la chance d'accéder à une éducation de qualité.

Au nord et à l'est du Sri Lanka, où le JRS a dé jà soutenu l'éducation pour les personnes déplacées par les conflits, le personnel du JRS prévoit d'ouvrir quatre centres d'apprentissage à distance où une centaine d'étudiants aura la possibilité de participer à un programme de trois ans ouvrant sur un diplôme. Dix personnels du JRS sont en train de se former pour devenir des facilitateurs en ligne et sur site, tandis que le processus de sélection des étudiants pour des cours de langue anglaise et d'informatique est déjà en cours.

«Mais nous devons commencer petit. Nous avançons pas à pas, en commençant par la formation des enseignants. Puis nous passerons à un programme relatif à la science de l'informatique et à l'ESL pour les préparer à l'éducation universitaire en ligne», a déclaré le père Maria Joseph, coordinateur du programme en ligne pour le JRS de l'Asie du Sud. Pendant ce temps, les deux universités jésuites partenaires – Saint Xavier à Kolkata et Saint-Xavier à Mumbai – se préparent à donner les cours.

En Afghanistan, le JRS administre l'éducation primaire, secondaire et informelle depuis 2005. L'an dernier, les équipes de Bamiyan, Herat, Daikundi et Kaboul ont proposé une formation et un soutien aux enseignants, ainsi que des services directs à 4.500 garçons et filles. En sept ans, l'Institut Technique de Hérat, soutenu par le JRS, a rapidement pris de l'extension et aujourd'hui il propose une formation technique pratique et des formations en langue anglaise à 880 étudiants, parmi lesquels on compte plus de 230 filles.

Grâce à l'éducation en ligne, les élèves d'écoles comme l'Institut Technique d'Hérat auront la possibilité de donner à l'Afghanistan des ouvriers qualifiés et compétents qui lui permettront d'avancer sur le chemin du développement et de l'autosuffisance.

Contrairement au JE:HEM en Afrique, le JRS de l'Asie du Sud cherche à nouer des partenariats avec des instituts supérieurs locaux jésuites pour ajuster les cours à la culture locale en Afghanistan et au Sri Lanka, et pour les introduire aux idées et à la pensée globales

«Les objectifs tournent vraiment autour de l'éducation. Le développement de nouvelles connaissances de base, de leaders capables de penser différemment, de résoudre des problèmes au nom de leurs communautés, quelle que puisse être cette communauté. Si c'est dans le cadre des camps, comment pourront-ils enrichir leur propre vie et celle de ceux qu'ils servent? Cela pourrait ouvrir une voie pour ceux qui rentrent au pays pour assister leurs communautés de manière différente», a déclaré Mme McFarland.

Molly Mullen, consultante en communications, Bureau International du Service Jésuite des Réfugiés

Countries Related to this Region
Afghanistan, India, Sri Lanka