Syrie: la vie quotidienne, un combat pour survivre
  Les promesses des donateurs doivent donner la priorité à la détresse humanitaire urgente des Syriens déplacés
  Jordanie: un périlleux et difficile voyage vers la sécurité
  Jordanie: Pris entre les souvenirs du passé et la réalité d'aujourd'hui
  Jordanie: le rêve d'une Syrie ouverte
  Jordanie: Manger la poussière ici ou mourir en Syrie
  Jordanie: l'éducation en ligne permet de tirer partie des compétences des réfugiés
  Jordanie: des réfugiés aident des réfugiés
  Le Directeur du JRS Moyen Orient en visite aux Etats-Unis
  Liban: une tasse de thé dans la neige
  Liban: préserver un esprit spécial
  Liban: la barrière de la langue empêche les enfants syriens d'aller à l'école
  Liban: des familles syriennes fuient pour protéger leurs enfants
  Prière pour la Syrie: heureux les artisans de paix
  Syrie: Elargissement de l'éventail des services au milieu de la tourmente
  Syrie: rapprocher les familles
  Syrie: La solution se trouve dans le dialogue, non dans la guerre
  Syrie: Les déplacés syriens luttent pour trouver un abri
  Syrie: encourager les personnes déplacées à s'impliquer dans l'aide d'urgence
  Syrie: L'esprit de résistance demeure en dépit des ruines
  Syrie: s'accrocher à la réalité à Alep
  Syrie: la situation humanitaire se détériore rapidement dans la région
  Syrie: dans le conflit, la persécution atteint tout le monde, chrétiens et musulmans
  Syrie: les réfugiés iraquiens aux marges d'un autre conflit
  Syrie: Le JRS renforce le soutien d'urgence dans Alep
  Syrie: Des réseaux locaux de solidarité et le JRS aident des familles déplacées
  Syrie: un réfugié a trouvé le but de sa vie dans le Centre Mukhales
  Syrie: des milliers de déplacés après une recrudescence de la violence à Sheikh Maqsoud
  Syrie: deux années de conflit menacent l'éducation et le bien-être des enfants
  Syrie: mise à jour sur l'aide d'urgence du JRS
  Syrie: il y a urgence pour l'approvisionnement d'hiver
  Syrie: A Damas, la violence nourrit le désespoir et la peur
  Syrie: les volontaires sont essentiels au travail du JRS
  Syrie: l'oeuvre d'une communauté jésuite est reconnue par une fondation allemande pour les droits humains
  Etats-Unis: le Service Jésuite des Réfugiés soutient la Syrie
  Les Voix de l'Europe s'unissent pour aider les réfugiés syriens


Le manque de pain à Alep et dans toute la Syrie, a exacerbé une crise alimentaire déjà extrêmement grave ( Avo Kaprealian et Sedki Al imam/JRS)
Beyrouth, 18 décembre 2012 – Après presque deux semaines de coupures d'électricité, la moitié de la fourniture d'électricité dans la ville d'Alep a été rétablie mercredi dernier. Toutefois, la grave pénurie de pain qui frappe le pays continue, exacerbée par les pénuries de combustible, gaz, et mazout pour le chauffage.

Le personnel et les volontaires basés à Alep ont exprimé leurs préoccupations pour les populations déplacées qui essayent d'avoir accès à l'aide d'urgence dans de telles circonstances.

Pendant les coupures de courant, la cuisine de terrain du JRS est devenue le centre autour duquel se développaient les activités, et un des seuls endroits où il y avait du chauffage.

«Tout le monde veut être dans la cuisine de terrain – c'est le seul endroit où il y a du chauffage, de la nourriture, l'électricité et de l'eau chaude» explique Elias*, un membre de l'équipe et le coordinateur de la cuisine de terrain

Récemment, la cuisine a atteint un nouveau record, en distribuant 300.000 repas en six semaines. Au coût de 340.000 livres syriennes (3.770 dollars des Etats-Unis) par jour, la cuisine de terrain produit jusqu'à 10.000 repas par jour – un total de trois tonnes de nourriture – qui est ensuite distribuée dans les cinq écoles-abris desquelles le JRS est responsables, ainsi que dans d'autres écoles et mosquées soutenues par le JRS.

«Nous avons essayé de réduire les coûts en utilisant du diesel de deuxième degré pour les brûleurs; cela fait baisser la note de 50%. Notre consommation quotidienne est de 170 litres pour cuisiner et faire marcher le générateur pour produire de l'électricité», dit encore le coordinateur de la cuisine de terrain.

Que la cuisine puisse fournir constamment de l'électricité a été très précieux pour l'équipe du JRS.

«Nous allions à la cuisine pour imprimer toutes les listes de distribution nécessaires, les listes des familles et d'autres données dont nous avions besoin chaque jour… Nous rechargions nos téléphones, nos ordinateurs, les appareils électriques et prenions une douche tour à tour» explique Elias.

Autres défis logistiques. A cause de la fermeture des routes principales dans un grand nombre de grandes villes et l'impossibilité d'accéder à certains quartiers, l'équipe de sensibilisation à Alep passe souvent plusieurs heures par jour dans des embouteillages.

«Les embouteillages et les check points nous retardent beaucoup, c'est très frustrant parce que nous perdons beaucoup de temps» commente un coordinateur de la sensibilisation.

Pourtant, malgré ces difficultés dans la gestion quotidienne des opérations, la distribution continue à rythme régulier. Au moins 50 familles reçoivent chaque jour leur panier alimentaire de l'équipe de sensibilisation – les bons jours, s'il n'y a pas trop de retards, il est possible que 100 familles reçoivent un panier alimentaire. Des couvertures, des matelas et des trousses hygiéniques sont aussi distribués aux familles.

«Les besoins les plus urgents pour les familles sont le pain, des vêtements d'hiver, des chaussures et des couvertures. Le chauffage est un grand problème, mais sans gaz, combustible ni électricité, quelle est la solution ? Les gens coupent les arbres dans les rues pour les brûler. Il fait si froid maintenant à Alep, mais tant d'enfants n'ont que des vêtements d'été à se mettre» explique Rana*, la coordonnatrice de la distribution.

Au centre de distribution dans le centre d'Alep, chaque jour une moyenne de 75 familles, qui se sont enregistrées préalablement auprès du JRS, viennent chercher leur panier alimentaire. Ce sont les personnes qui ont accès au centre en sécurité; quant aux autres, l'équipe de sensibilisation se rend chez eux.

«La semaine dernière,125 familles sont venues au centre, je crois que notre moyenne quotidienne passera bientôt à 100 familles par jour, les gens ont absolument besoin de tout» dit encore Rana.

Fournir des vêtements. Chaque jour, de sept à dix familles reçoivent un bon au centre de distribution avec lequel elles peuvent obtenir des vêtements dans un magasin du voisinage.

Le système des bons est aussi pour aider à rétablir la dignité, et permettre aux personnes de choisir personnellement les vêtements dont elles ont besoin. Notre travail ne consiste pas seulement à fournir de l'aide d'urgence, mais aussi à aider à affronter la situation psychologiquement» ajoute Rana

Alors que le conflit entre dans son vingt et unième mois, les équipes du JRS prévoient une ultérieure expansion de leurs services pour couvrir les besoins de plus en plus grands de ceux qui se trouvent dans les situations les plus vulnérables, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la Syrie. 

Comment pouvez-vous aider?

Vous trouverez ci-dessous une liste de choses dont la population syrienne a de toute urgence besoin pour survivre à l'hiver. Avec votre aide financière, nous pouvons alléger les souffrances des Syriens. 
  • 50 euros: un panier de nourriture pour une famille de cinq personnes pour un mois
  • 80 euros: un kit personnel de base: un matelas, deux draps, un oreiller, deux couvertures pour l'hiver et deux essuies
  • 120 euros: des vêtements d'hiver pour une famille (pull, veste, pantalon, chaussures)
  • 160 euros: le loyer d'un mois d'un appartement pour une famille déplacée
  • 4.000 euros: coût de la fourniture de repas cuisinés pour 10.000 personnes pour une journée
  • 8.000 euros: coût de l'installation d'une deuxième cuisine de terrain
Pour aider à soutenir le projet d'urgence du JRS, visitez https://www.jrs.net/donate

*Dans cet article, les noms ont été changés pour protéger la sécurité des personnes concernées.

Countries Related to this Region
Syria