Sud Soudan: Au terme de 15 années de présence, le JRS confie des activités à la population locale
20 septembre 2012

Les bénéficiaires du JRS portent la bannière de la cérémonie de clôture du JRS Nimule sur le chemin de l'église où ils vont célébrer la messe.
Le travail du JRS dans l'éducation et la construction de paix suite aux vingt années de guerre qui ont ravagé le Soudan a posé les fondations sur lesquelles la communauté va désormais pouvoir construire.
Nimule, le 20 septembre 2012 – Le rideau est tombé sur l'implication du Service Jésuite des Réfugiés dans le projet d'éducation et de construction de la paix dans la ville frontalière de Nimule, lorsque la communauté a uni ses forces pour que le projet soit mené à bien le mois prochain. La cérémonie de clôture a marqué une étape importante dans l'histoire du JRS Afrique de l'Est, ce dernier a alors transmis l'entière responsabilité du projet aux autorités sud soudanaises et à la communauté locale. 

Le travail du JRS dans l'éducation et la construction de paix suite aux vingt années de guerre qui ont ravagé le Soudan a posé les fondations sur lesquelles la communauté va désormais pouvoir construire. Par exemple, à Nimule, le JRS a fourni une assistance à plus de 13.000 personnes dans des domaines variés, incluant la construction d'écoles et la formation des enseignants. 

L'éducation (primaire, secondaire et pour les adultes) comme moyen de promotion de la paix et de reconstruction du pays a été l'un des axes forts du JRS à Nimule. La création de clubs de la paix, la formation des catéchistes, et le soutien en matière de gagne-pain par le biais du travail pastoral, ont également contribué à renforcer la communauté. 

Dans son discours prononcé au cours de la cérémonie, Charles Mogga Idra, responsable de terrain du HCR à Nimule, a prié la communauté de «saisir l'opportunité et de poursuivre le travail accompli par le JRS». 

M. Mogga a lancé un appel aux investisseurs pour que les enfants bénéficient d'institutions scolaires de qualité. Il a également demandé au gouvernement et aux ONG de faire des efforts supplémentaires.

A Nimule, le JRS a identifié un premier besoin non satisfait en 1997, lorsque des millions de personnes ont été déplacées dans d'autres parties du Soudan ou dans des pays voisins pendant les deux décades qu'a duré la guerre. Après la fermeture du projet d'Adjumani dans le nord de l'Ouganda en 2008, le JRS a accompagné les réfugiés rentrant chez eux à reconstruire leurs vies. 

Le projet de Nimule à continué à se développer pour soutenir les populations de rapatriés rentrant de leur exil dans les pays voisins, comme l'Ouganda ou le Kenya, après que le gouvernement soudanais et le Mouvement de Libération du Peuple Soudanais ont signé le Traité de Paix en 2005.

Toutefois, à Nimule, les infrastructures avaient été détruites pendant la guerre les services éducatifs étaient quasiment inexistants. Pour répondre à cette situation, le JRS a décidé d'aider à construire un système éducatif et à œuvrer en faveur d'une paix durable entre les membres de la communauté sud soudanaise. 

Un progrès durable. «Le JRS a formé des facilitateurs de paix pour résoudre les problèmes qui surgir dans les communautés. La création de clubs de la paix a permis à la jeunesse de ne pas rester oisive et a réduit les conflits dans la région», a déclaré l'un de ces facilitateurs de la paix, John Paul.

En 2011, le JRS a également soutenu 25 écoles primaires et quatre écoles secondaires à Nimule. L'impact de ce soutien à l'éducation est clairement apparu au début de l'année 2012 lors de la publication des résultats du Certificat de fin d'Etudes Secondaires au Sud Soudan (le SSCSE)de 2011.

C'est l'école Secondaire Fulla de Nimule, entièrement soutenue par le JRS, qui est arrivée en tête des meilleures écoles du Sud Soudan. La dixième meilleure élève fille venait de ce même établissement. Les packs d'hygiène et le soutien apportés par le JRS ont fait augmenter le taux d'inscription des filles dans l'école. 

Et enfin, le JRS a abordé la question du gagne pain durable en fournissant des fours, des semences agricoles et des outils à des familles ce qui leur permettra d'être autonomes après le départ du JRS. 

Vers la fin de la célébration, les mots et le soutien de Mgr Akio Johnson Mutek, l'évêque du diocèse catholique de Torit, ont trouvé un écho dans l'assistance. Il a présenté ses meilleurs vœux au JRS au moment où l'organisation se tourne avec confiance vers l'avenir, portant désormais son attention vers d'autres projets au Sud Soudan où on a pu observer de grands besoins. Ces projets incluent l'éducation, le soutien pastoral et la construction de la paix dans les communautés de Lobone, Yei et Kajo Keji.

Alex Kiptanui, Directeur du projet de Nimule, Sud Soudan.




Press Contact Information
James Stapleton
international.communications@jrs.net
+39 06 69 868 468