République Démocratique du Congo: Extension du projet pour répondre aux besoins des populations déplacées les plus inaccessibles
16 octobre 2012

Un aperçu du camp de déplacés de Muhanga, Nord Kivu, République Démocratique du Congo (Danilo Giannese/JRS)
Les camps de Mokoto et Muhanga sont particulièrement difficiles à atteindre et les personnes déplacées qui y vivent ont plus que jamais besoin de protection; c'est pourquoi nous avons décidé de démarrer des activités dans des endroits pareils.
Mweso, le 16 octobre 2012 – La récente expansion des activités du JRS aux camps de Muhunga et Mokoto, lui a permis d'atteindre le but qu'il s'était fixé: toucher les personnes déplacées vivant dans les endroits les plus reculés et les plus inaccessibles de la partie orientale du Congo déchirée par la guerre.

Les deux camps hébergent plus de 7.000 personnes déplacées qui, ont pour la plupart, fui le climat de violence généralisé dans leurs villages d'origine. Situé sur les collines qui entourent Kitchanga, les camps sont pratiquement inaccessibles à cause du mauvais état des routes, en particulier pendant la saison des pluies.

Ce climat d'insécurité constante a eu un double effet: il a empêché les équipes du JRS de démarrer de nouveaux projets dans cette région, et dans le passé il les a forcées à suspendre ou à limiter leurs activités sur le terrain. Ceci dit, si les organisations humanitaires ne démarrent pas des projets dans ces lieux, les personnes déplacées ne recevront aucun soutien de l'extérieur.

«Nous travaillons dans des zones où chaque jour des personnes sont obligées de quitter leurs maisons à cause de la guerre. Les besoins des communautés déplacées sont grands et en tant que JRS nous cherchons à étendre nos activités pour atteindre autant de personnes et de régions que nous pouvons. Les camps de Mokoto et Muhanga sont particulièrement difficiles à atteindre et les personnes déplacées qui y vivent ont plus que jamais besoin de protection; c'est pourquoi nous avons décidé de démarrer des activités dans des endroits pareils», a déclaré Sœur Paola Paoli, Directeur des Programmes du JRS à Mweso.

Activités du projet. Pour tenter d'intégrer les populations déplacées dans les communautés locales et promouvoir une coexistence pacifique, le personnel du JRS travaille avec les personnes qui vivent dans les villages d'accueil du voisinage.

Dans le cadre du soutien à l'éducation informelle, les équipes du JRS ont bâti un centre de formation à Muhanga et rénové un ancien couvent situé à Mokoto, donné par des moines cisterciens. Des cours d'alphabétisation et d'artisanat permettent à des hommes et à des femmes de gagner leur vie.

Dans les conversations avec les communautés locales et les communautés déplacées de Muhanga, le JRS a appris qu'il n'y a qu'une seule école secondaire dans la région, ce qui force les élèves, dont la moitié appartiennent à des communautés déplacées, de suivre des cours dispensés dans une ancienne chapelle, faute d'alternatives. Autres sujets d'inquiétude: la qualité de la formation des enseignants et la disponibilité du matériel scolaire. Les équipes du JRS ont déjà commencé à distribuer des fournitures scolaires et à organiser des ateliers de formation pour les enseignants; et le JRS s'est engagé à construire une nouvelle école secondaire.

Une assistance alimentaire et une assistance individualisée ont également été proposées aux personnes déplacées et aux membres de la communauté locale en situation de grande vulnérabilité tant à Mokoto qu'à Muhunga – parmi ces dernières il faut citer les personnes âgées, les personnes handicapées ou malades, les orphelins et les veuves.

Le témoignage d'un déplacé. «J'ai passé les trois dernières années dans le camp de Mokoto. Je donnerai ce que j'ai de plus cher au monde pour rentrer chez moi, cultiver ma terre afin de pouvoir nourrir ma famille correctement. Ici nous n'avons rien. Pour tenter de survivre nous devons travailler dix heures par jour dans les champs des fermiers locaux pour 1.000 franc (un dollar)», a déclaré Galilé Karobamura avant d'en appeler au gouvernement.

«J'aimerais que le gouvernement congolais fasse quelque chose pour que les groupes armés quittent nos terres. Alors seulement nous pourrons rentrer chez nous».

Le JRS à Mweso. Au cours de l'année passée, les activités dans les camps de Muhanga et Mokoto – éducation formelle et informelle, assistance aux personnes en situation de grande vulnérabilité – ont constitué la base du travail d'approche du JRS vers ces populations vivant aux confins de Mweso (Nord Kivu). Des services similaires sont proposés aux communautés locales et aux personnes déplacées résidant aux alentours de Mweso dans les camps de Kashuga I, Kashuga II, Kalembe Kalonge et Kalembe Remblais, ainsi que dans les villages alentours.

Danilo Giannese, Responsable de l'Advocacy et de la Communication pour la Région des Grands Lacs




Press Contact Information
James Stapleton
international.communications@jrs.net
+39 06 69 868 468