Colombie: stop! Il faut mettre fin au recrutement et à l'utilisation d'enfants pour la guerre
11 février 2013

Notre promesse est de parler haut et fort au nom de ceux qui risquent de perdre leur enfance cédée à la guerre ainsi que leur espoir en un meilleur avenir.
Rapport du Secrétaire général sur les enfants et le conflit armé en Colombie
Rapport alternatif relativement au rapport de l'état colombien sur le respect du Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés (en anglais/ espagnol)
Bogota,11 février 2013 – Le Service Jésuite des Réfugiés de Colombie a lancé les activités de cette année qui marqueront le 12 février, Journée de la Main Rouge, pour exprimer son rejet du recrutement et de l'utilisation d'enfants et d'adolescents dans les guerres et les conflits armés.

Selon les estimations de l'ONU, plus de 250.000 mineurs ont été utilisés comme enfants soldats en 2007, notamment en Afghanistan, Colombie, République Démocratique du Congo, Iraq, Israël, Ouganda et Somalie.

Malgré les divers efforts et campagnes entrepris chaque année  contre l'emploi d'enfants soldats, les armées officielles et les groupes rebelles continuent à recruter des mineurs dans leurs rangs, comme volontaires et non volontaires, les obligeant à s'acquitter de tâches dangereuses qui violent leurs droits humains fondamentaux au logement, aux soins médicaux, à l'éducation et à la récréation et en créant de très graves traumatismes dans leur développement émotionnel, psychologique et interpersonnel.

Tout au cours du conflit armé en Colombie, des groupes armés ont utilisé des méthodes de recrutement et d'implication de mineurs dans les dynamiques du conflit.

Encore aujourd'hui, des garçons et des filles de sept à dix-sept ans prennent part directement et indirectement aux hostilités en cours dans le conflit armé en Colombie. Des mineurs sont généralement recrutés comme volontaires et ensuite utilisés comme combattants, transporteurs d'explosifs, messagers ou guides.

Etant données les circonstances particulières du conflit armé en Colombie, les garçons et les filles ne sont pas recrutés par les groupes armés pour porter une arme, mais pour servir leurs chefs comme esclaves, forcés de ramasser du bois de feu, monter les camps, servir d'informateurs, cueillir des feuilles de coca, porter des drogues, ou participer à une chaîne de micro-trafic de drogues. Ils sont souvent victimes d'abus sexuels.

Les enfants qui sont impliqués dans les micro-trafics, utilisent et distribuent souvent la drogue: les groupes impliqués dans des micro-trafics et activités criminelles recrutent des mineurs  pour vendre de petites quantités de drogues et duper les autorités.

Unissez-vous à la campagne mondiale de la Main Rouge. Face à cette triste réalité de la violation des droits des enfants, le JRS Colombie marque la Journée de la Main Rouge avec le slogan: Stop! Cessez d'utiliser et de recruter des garçons, des filles et des adolescents pour la guerre!

Le JRS utilisera les médias sociaux, Facebook et Twitter, pour envoyer des messages aux membres de ces réseaux ou d'autres réseaux sociaux.

Le 12 février, Journée de la Main Rouge, le JRS Colombie soutiendra la sensibilisation du public.

Le JRS Colombie compte sur votre soutien en vous demandant de prendre une photo dans quelque lieu emblématique de votre ville où on peut voir votre main droite peinte en rouge et de la charger sur votre page Facebook. Ensuite, dans la description, insérez un engagement aux enfants et aux jeunes de votre famille, pays ou communauté.

Le JRS Colombie s'unit au monde pour que soit soutenue, d'une seule voix, la défense des droits des enfants contre leur implication dans les conflits armés.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur la campagne, visitez le site web JRS Amérique Latine, où vous trouverez des nouvelles, des images et des vidéos concernant les activités du JRS en Colombie.




Press Contact Information
James Stapleton
international.communications@jrs.net
+39 06 69 868 468